top of page

La France a besoin de services publics

Dernière mise à jour : 22 août 2021


Note_Services Publics
.pdf
Download PDF • 3.22MB





La réforme des services publics :



La crise du Covid-19, dans ses aspects sanitaires, sociaux et économiques, a montré certaines des plus graves défaillances de l’Etat. Malgré des dépenses publiques élevées, nos concitoyens ont pu constater les difficultés d’approvisionnement des hôpitaux en matériel de base, les atermoiements de l’exécutif, ou encore l’organisation parfois inutilement complexe du système de santé français, s’appuyant sur un grand nombre d’agences et autres comités, dont la pertinence n’est pas toujours démontrée.

Au-delà, elle a posé la question de la proximité des services publics. L’expérience du confinement a mis en lumière le recul des services publics dans les villes moyennes et les zones rurales. Si l’Etat est toujours l’entité vers laquelle les citoyens se tournent en dernier ressort, il n’est pas toujours à la hauteur de cette confiance qui lui est adressée.

Face à cette situation paradoxale, dans laquelle moins de services publics a été synonyme de dépenses publiques accrues, quatre recommandations résultent de la présente étude :

Recommandation n°1 - Digitaliser les services publics de prestations de service (e.g. impôts, emploi, sécurité sociale, éducation) et adapter le nombre des emplois publics.

Recommandation n°2 - Supprimer les départements et faire des intercommunalités le niveau intermédiaire de proximité tout en affectant clairement une taxe à chaque strate

d’administration pour plus de transparence et de responsabilité.

Recommandation n°3 - Créer une « Cour d’évaluation des normes » sur le modèle de la Cour des comptes, devant auditer les réglementations, rendre des avis publics et faire des recommandations au service d’une opération de « débureaucratisation ».

Recommandation n°4 - Flécher les gains générés par les réformes sur l’investissement dans les services publics de proximité et enrichir le maillage d’un partenariat avec les acteurs privés (RSE) et les acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS).


La digitalisation, la simplification et la débureaucratisation doivent être les maitres-mots d’une réforme ambitieuse de l’Etat devant lui permettre de se rapprocher des citoyens. Elle permettra de surcroit des économies substantielles. Plusieurs écueils devront cependant être évités pour garantir sa réussite. La défiance des Français envers les réformes vient de ce qu’ils redoutent d’en être les perdants, singulièrement lorsqu’ils sont dans les villes moyennes, les zones rurales et les banlieues. Pour que la réforme soit un processus « gagnant-gagnant », il faut donc que les gains obtenus par les réformes soient en partie redistribués vers les zones les moins bien pourvues en services publics de proximité.


214 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page